Bénin / Finances : le Trésor peine à payer, la direction dément

Bénin / Finances : le Trésor peine à payer, la direction dément

Des plaintes concordantes font état de ce que le Trésor public béninois se trouve en difficultés. D’aucuns pointent du doigt la crise entre le pays et le Niger. La baisse des rendements du Port Autonome de Cotonou, à en croire ces sources, déteindrait sur les caisses de l’Etat qui serait contraint à jongler.

Les salaires de certains corps de profession ont accusé un retard considérable ce mois de mai. Il s’agit notamment d’une catégorie de militaires qui n’auraient touché les leurs que le 27 mai, soit avec plus de 10 jours de retard. Certes, beaucoup de civils ont témoigné avoir constaté le virement sur leurs comptes déjà à partir du 17 mai. Dans le même temps, des messages de suspension des chèques en compensation ont été envoyés à toutes les banques. Certains chèques ont même été rejetés, faisant d’office penser à des difficultés que serait en train d’éprouver le Trésor public béninois.

De même, un autre aspect inquiète les entreprises qui travaillent avec l’Etat. Leurs factures ne sont plus réglées à temps. Normalement, après l’envoi d’une facture, le règlement devrait se produire dans les 90 jours suivants. Beaucoup d’entrepreneurs soutiennent mordicus que, depuis un certain temps, rentrer en possession de son dû est un parcours du combattant. Cela durerait une éternité.

Démenti formel

Voilà autant de choses qui font redouter une imminente crise économique. Une idée que la direction générale du Trésor rejette formellement. Nous ayant contacté suite à nos premiers articles sur le sujet, Firmin Lagoye, un cadre de la Direction Générale du Trésor et de Comptabilité Publique a expliqué que ni le retard dans le paiement de certains salaires, ni la suspension des chèques en compensation ne sont des signes avant-coureurs d’une quelconque crise économique. Il soutient que les salaires de ces militaires sont tombés un peu tard parce que, contrairement à ceux des civils, ils ne dépendent pas uniquement du Ministère de l’Economie et des Finances. « Concernant les salaires, ils comprennent les salaires civils et les salaires militaires. Si le processus de mise en paiement des salaires civils relève uniquement du Ministère de l’Economie et des Finances, celui des salaires militaires n’incombe pas uniquement au MEF. […] Le Trésor a viré les salaires de ce mois à la date du 17 mai 2024. Les dates de positionnement par les banques sur les comptes de leurs clients dépendent de leur politique interne et ne devraient en principe pas excéder 72h. Par contre, concernant les salaires militaires, le Trésor public est saisi après la date 20 et le virement est fait en 24h voire 48h. Les salaires du mois en cours ont été virés le 23 mai 2024 ».

Quant à la suspension de chèques compensatoires, Firmin Lagoye évoque un dysfonctionnement du système du Trésor qui aurait pu avoir des conséquences sur la vérification de l’authenticité desdits chèques. « Concernant le message de suspension des chèques en compensation envoyé à toutes les banques, poursuit-il, je voudrais déjà préciser que ce genre de message n’est pas une première sur la plateforme regroupant tous les participants à l’opération de compensation. Le Trésor n’a pas été la première institution à avoir alerté les autres participants d’un dysfonctionnement nécessitant une suspension. La vérité des faits est celle-ci :  Les vendredi 17, mardi 21 et mercredi 22 mai 2024, le système d’information du trésor a enregistré un dysfonctionnement pouvant le conduire à accepter des chèques non conformes présentés par les banques sur la plateforme de compensation au titre de ces journées. Pour éviter ce risque, les participants de la plateforme ont été invités le 22 mai à surseoir à la présentation des chèques trésor à partir du même jour. Par la même occasion, ils ont été informés à considérer les chèques déjà présentés sur la période incriminée comme rejetés. Le dysfonctionnement a été corrigé dans la journée du jeudi 23 mai 2024 et les acteurs ont été informés au cours de la même journée, de la reprise normale de l’activité de compensation des chèques trésor. »

Firmin Lagoye promet cependant que la situation sera réglée sous peu puisque « des travaux sont en cours entre les acteurs, afin que les salaires des militaires soient aussi virés à la même date que ceux des civils. Néanmoins, il demeure des doutes, et on espère que les jours à venir rien de tragique ne se produira.

Article précédent

Supposées bases militaires françaises au Bénin : Kémi Séba dans la tourmente

Article suivant

Délivrance de casier judiciaire : une lenteur artificielle à visées politiques ?

Ceci pourrait vous intéresser …

Laisser un commentaire